Skip to content

Crisis Services Canada

Si quelqu'un envisage sérieusement le suicide, pensez-vous vraiment qu'il est possible pour eux de prendre la décision de vivre ?

Nous savons que les personnes à risque de suicide ne veulent pas nécessairement mourir, mais souhaitent plutôt réduire la douleur qu'ils ressentent afin qu'ils puissent continuer à mener une vie productive et épanouie. Il y a beaucoup d'ambivalence entourant la décision de s’enlever la vie, et en reconnaissant cela, et en discutant de cela, nous pouvons aider la personne suicidaire à commencer à reconnaître les options alternatives pour la gestion de sa souffrance. Souvent, les gens suicidaires éprouvent une douleur émotionnelle insupportable, voire insurmontable. Ils se sentent souvent désespérés et piégés. En les aidant à reconnaître et à explorer des solutions alternatives à la mort, vous semez les graines de l'espoir que les choses peuvent s’améliorer.

Est-ce que parler de suicide à une personne peut la rendre suicidaire ?

Il n'y a aucune preuve de recherche qui indique que parler aux gens du suicide, dans le contexte des soins, du respect et de la prévention, augmente le risque d'idées suicidaires ou de comportements suicidaires. La recherche indique que parler ouvertement et de façon responsable du suicide permet à une personne potentiellement suicidaire de savoir qu'elle n’est pas seule, et qu'il y a des gens qui veulent l’écouter et l’aider. La plupart des gens sont soulagés de pouvoir enfin parler honnêtement de leurs sentiments, et cela uniquement peut réduire le risque d'une tentative.

Parler de suicide ou de la menace de s’enlever la vie peut-il être simplement un stratagème pour attirer l'attention ?

Il est préférable de prendre au sérieux et de parler des menaces de suicide. La recherche indique que jusqu'à 80 % des personnes suicidaires signalent leurs intentions aux autres, dans l'espoir que le signal sera reconnu comme un appel à l'aide. Ces signaux comprennent souvent faire une blague ou une menace de suicide, ou de faire référence au fait d’être mort. Si nous les prenons au sérieux et nous leur demandons s’ils veulent vraiment dire ce qu'ils disent, le pire qui puisse arriver est que nous apprenions qu'ils plaisantaient. Ne pas le demander pourrait donner lieu à un résultat bien pire.

Si une personne fait une tentative de suicide, mais ne meurt pas, est-ce qu’elle recherche de l'attention ?

À un certain point, toutes les tentatives de suicide sont des appels à l'aide par des personnes connaissant un haut degré de désespoir. Il est important de traiter toutes les tentatives comme étant graves. Une fois qu'une tentative est faite à n’importe quel niveau de létalité, le risque de tentatives futures plus sérieuses et irréversibles augmente considérablement.

Est-ce qu’une personne qui était déprimée et suicidaire mais qui semble soudainement aller mieux est à risque de suicide ?

Espérons que si une personne semble aller mieux, c’est qu’elle se sent mieux et qu’elle n’envisage plus le suicide. CEPENDANT, cette apparente amélioration de l'humeur pourrait aussi être un indicateur d'un risque accru de suicide. Parfois, une personne suicidaire peut se sentir soulagée d’avoir finalement pris une décision - le conflit émotionnel au sujet de la vie et de la mort a été résolu. La meilleure façon de déterminer si l'amélioration de l'humeur d'une personne est liée à une diminution ou à une augmentation du risque de suicide est d'avoir une discussion directe et ouverte sur le suicide.

Si une personne est suicidaire, cela signifie-t-il qu'elle le sera toujours ?

La plupart des gens suicidaires cherchent désespérément un moyen de se sortir de la douleur émotionnelle insupportable et sont ambivalents à mettre fin à leur propre vie. Après avoir reçu l'aide pour surmonter cette douleur, beaucoup de gens peuvent vivre une vie enrichissante et épanouie, sans envisager sérieusement le suicide. Pour d'autres, une crise suicidaire peut être surmontée et le risque de suicide est fortement réduit ou éradiqué pendant une période de temps. Cette période peut varier de minutes, d’heures ou de jours, à des mois, voire plusieurs années.

Quels sont les signes avant-coureurs d’une personne qui pourrait envisager le suicide ?

Environ 80 pour cent des personnes qui tentent de se suicider ou qui se suicident envoient des signes avant-coureurs à leur entourage, même si elles ne lancent pas directement un appel à l'aide. Certains signes avant-coureurs peuvent inclure:

  • Parler ou plaisanter sur le suicide ou la mort;
  • Se préparer à la mort en faisant don de biens importants, en rédigeant un testament ou une lettre de suicide, ou en réglant des affaires personnelles;
  • Une tentative de suicide antérieure; le suicide d’une personne importante;
  • Être déprimé ou démoralisé de manière persistante pendant plus de deux semaines; anxiété ou agitation prolongée; extrêmes sautes d'humeur / bipolarité; explosions de rage, de chagrin, de violence;
  • L'isolement, le retrait des relations et des activités qu’elle appréciait auparavant;
  • Léthargie, manque d'intérêt, faible énergie, insomnie ou hypersomnie;
  • L'utilisation accrue d'alcool ou de drogues;
  • Activité inhabituelle à haut risque, comportements impulsifs
  • Expressions de désespoir, d'impuissance, de manque de but
  • Faible estime de soi, mépris de soi, colère envers soi;
  • Perte(s) importante(s), comme relation importante, santé, identité, sécurité économique, liberté.

Que pouvons-nous faire si nous pensons qu’une personne est suicidaire ?

Il est important de montrer à une personne potentiellement suicidaire que nous nous soucions d'elle et que nous sommes inquiets pour sa sécurité. Il est également important de demander directement à la personne si elle envisage le suicide. Cela montre que nous prenons au sérieux ses sentiments, et aide à déterminer si le risque de suicide est réel. Si vous vous sentez mal à l'aise de le demander, il est important que vous sollicitiez l’aide de quelqu'un d'autre. Nous devons écouter la personne - sans jugement et en montrant de l'empathie. Si la personne dit qu'elle envisage le suicide, nous devons obtenir de l'aide pour cette personne en faisant appel à des professionnels, comme un médecin de famille, un professionnel de la santé mentale, une ligne de crise 24 heures, ou même une salle d'urgence à l'hôpital si la personne est en danger imminent. Il est également important de faire appel au soutien familial, amical et social. Si la personne court un risque imminent de se faire du mal, ne la laissez pas seule jusqu'à ce qu'elle ait été évaluée et ait reçu l'aide d'un professionnel compétent et digne de confiance, ou qu'un autre adulte digne de confiance arrive pour rester avec elle.

N’est-ce pas vrai que les suicides se produisent rapidement, et généralement à la suite d'un événement traumatisant soudain, alors il est difficile de les prévenir ?

Les suicides peuvent donner l’impression de se produire rapidement, ou de manière « inattendue », lorsque nous n’avons remarqué aucun signe suicidaire précurseur chez la personne. Bien que la plupart des gens (80%) présentent une série d'indicateurs aux personnes qui les entourent, peu d'entre nous ont été entraînés à reconnaître ces signes avant-coureurs et c'est bien dommage.

Les suicides sont aussi rarement le résultat d'une seule perte ou d’un seul changement traumatique. En général, de nombreux facteurs et événements contributifs se sont développés ou sont survenus au cours d’une période donnée. Un événement traumatique soudain peut être l'événement « déclencheur » qui incite une personne à mettre fin à sa vie, mais il est peu probable que cela soit la seule cause. 

Il est probable que de nombreux suicides pourraient être évités si nous nous informions sur les indicateurs immédiats, à court terme et à long terme du risque suicidaire, ainsi que la façon de tendre la main et d'obtenir une aide efficace pour une personne qui nous fait savoir qu'elle est en grande détresse.

Quel est le lien entre la santé mentale et le suicide ?

La recherche suggère que 70 à 90 pour cent des personnes qui ont fait une tentative létale, ou qui sont morts par suicide, souffraient d'un ou plusieurs problèmes de santé mentale non gérés - comme la dépression prolongée ou l'anxiété, la bipolarité, la psychose, et/ou l'abus de substances. Bien que la présence d'un problème de santé mentale non géré est fortement associée au suicide, il est important de noter que la plupart des personnes évaluées avec une maladie mentale ne sont pas à risque de suicide, et que peu de suicides sont en fait le résultat d'une maladie mentale.

Est-ce que les « suicides par imitation » se produisent ?

Oui, il existe des preuves pour démontrer que les « suicides par imitation » se produisent dans certaines circonstances. Si quelqu'un est déjà vulnérable (déprimé, anxieux, isolé, ayant déjà fait précédemment une tentative, et/ou montre d'autres signes précurseurs), un suicide peut en déclencher un autre. Les « suicides par imitation » ou les « contagions de suicide » sont plus manifestes quand quelqu'un perd un être cher. Les jeunes semblent aussi être particulièrement vulnérables. D'autres conditions qui peuvent augmenter le risque de « suicides par imitation » sont les représentations de suicide très médiatisées empreintes de sensationnalisme dans les médias, ou la glorification par inadvertance d'une victime de suicide.

Fiche d'information publique de SCPS

En savoir plus sur SCC avec notre fiche publique de faits.

Woman in plaid shirt staring at the sunset

Si vous pensez au suicide

Il peut être difficile de demander de l'aide. Voilà pourquoi nous offrons un espace sécuritaire pour parler - à tout moment, à votre façon. Si vous pensez au suicide, vous ne devez pas y faire face seul(e). Les services téléphoniques et de SMS du Service canadien de prévention du suicide sont disponibles de manière confidentielle et empathique. Les services de SMS sont disponibles pour tous, et ils sont une excellente option si vous êtes mal à l'aise d'utiliser le téléphone.

Diversity Image

Si vous connaissez quelqu'un qui pense au suicide

N’ignorez pas les signes. Nous sommes là pour vous aider à les accompagner. La recherche démontre que parler du suicide n'augmente pas la probabilité qu’une personne s’enlève la vie. En fait, communiquer avec quelqu'un qui se soucie de vous peut faire toute la différence. Appelez-nous sans frais ou envoyez-nous un SMS. Nous prenons toutes les demandes au sérieux. Nous pouvons vous aider dans vos efforts pour vous soutenir et vous mettre en contact  avec des professionnels en cas de besoin.

Breathe neon sign

Aux prises avec une perte de suicide?

Perdre quelqu'un par le suicide peut être bouleversant, douloureux et inattendu. Le chagrin peut être intense, complexe, et de longue durée. Le deuil est un processus individuel et extrêmement unique. Chaque personne le ressent à sa manière et à son propre rythme. Si vous avez perdu un ami ou un être cher par le suicide, il est important de trouver du soutien pour vous aider à comprendre ce qui est arrivé, à faire face à la douleur et à apprendre à vivre avec votre perte.

Si vous ou quelqu'un que vous connaissez est en danger immédiat, composez le 9-1-1

Scroll To Top