Services de crises du Canada pleure la mort d’un dirigeant clé dans le secteur canadien du soutien aux personnes en détresse : Jason Chare, décédé à l’âge de 52 ans.

19 JUILLET 2021 – C’est avec une immense tristesse que Services de crises du Canada (SCC) annonce le décès de Jason Chare, qui était directeur national des opérations cliniques du Service canadien de prévention du suicide (SCPS), une ligne secours mise en place à l’échelle nationale dans le cadre d’un partenariat entre le Centre de toxicomanie et de santé mentale (CAMH), le bureau national de l’Association canadienne pour la santé mentale (ACSM) et SCC. Jason est décédé le 19 juin après trois années de combat contre une grave maladie.
Il était connu dans le milieu des centres d’aide et d’écoute pour son travail au sein de SCC – où il dirigeait depuis 2017 les opérations cliniques pour le SCPS – et sa participation de longue haleine à la Crisis Line Association of British Columbia (CLABC). Avant son arrivée au Canada en 2013, Jason avait dirigé un centre de crise au Japon, mission dans le cadre de laquelle il avait notamment participé à la gestion des conséquences de la catastrophe nucléaire de Fukushima.

Jason était réputé pour sa capacité à exprimer ses opinions de manière calme et réfléchie – que celles-ci diffèrent ou non des points de vue des autres. Cette approche favorisait l’émergence d’un consensus, surtout lorsqu’il s’agissait de traiter des problèmes complexes ou difficiles.
Jason était humble et discret, mais nul ne pouvait douter de sa détermination à venir en aide aux personnes en détresse.
Cela ressort d’ailleurs clairement d’un exposé sur l’écoute active présenté par Jason lors d’un événement TEDx, exposé qui permet vraiment de prendre la mesure de l’homme qu’il était : quelqu’un de modeste, charmant et plein d’humour, qui s’exprimait bien et chez qui aider les autres était une véritable passion. Il croyait profondément en l’importance de son travail et mettait en pratique les principes évoqués dans cet exposé présenté à l’occasion de l’événement TEDx : il savait en effet écouter avec beaucoup d’attention et de sensibilité.
Malgré l’extrême importance qu’il attachait à son travail, Jason était aussi de toute évidence totalement dévoué à sa famille. Il racontait souvent les vacances passées avec des parents à lui au Royaume-Uni, ou avec la famille de Clara au Canada et ailleurs. Il adorait partir en camping avec ses fils, Tora et Ryan.
Au début de sa carrière, Jason quitte son Angleterre natale pour aller enseigner l’anglais au Japon, où il rencontrera son épouse Clara, une Canadienne originaire de Colombie-Britannique. Cette période au cours de laquelle il est basé au Japon est marquée par une série d’aventures et de voyages. Là-bas, Jason gravit le mont Fuji à sept reprises et commence à pratiquer le karaté – discipline dans laquelle il obtient sa ceinture noire après avoir vaincu dix adversaires en une séance.
C’est également au Japon que Jason commence à participer à l’action de lignes secours locales et finit par prendre la direction d’un centre d’aide et d’écoute, à la tête duquel il se trouve lorsque se produit la catastrophe nucléaire de Fukushima de 2011. En 2013, Jason, Clara et leurs jeunes fils déménagent au Canada, où Jason s’investit dans la CLABC avant de rejoindre l’équipe de SCC avec laquelle il créera et lancera le SCPS.
Jason était un collègue empathique, mais ne péchait pas par naïveté. Il repérait les défis et les obstacles et les affrontait en pleine conscience. Il savait déceler les défauts des gens, des plans ou des idées, mais il était attentif et réfléchi; il écoutait sans juger, puis travaillait inlassablement pour parvenir au meilleur résultat possible. Ses aptitudes de facilitateur étaient incroyables.
Jason nous laisse sans conteste à tous un héritage précieux, que ce soit à l’équipe de SCC au sein de laquelle tout monde le respectait, l’admirait et aimait travailler avec lui; à ses collègues du CAMH et de l’ACSM membres de l’équipe partenaire du SCPS; au réseau de centres d’aide et d’écoute qui forment le SCPS; à ses collègues de la CLABC et, plus généralement, à l’ensemble de la communauté des lignes secours.
Jason a joué un rôle déterminant dans la création du SCPS, notamment en supervisant le fonctionnement de la ligne secours lors du lancement des services via téléphone, messagerie texte et clavardage. Il a su guider les membres du Service durant la crise de croissance des premières années, puis relever les défis liés à la COVID-19. Dans les quelques semaines qui ont suivi le début de la pandémie, Jason a amené l’équipe de SCC à créer un système virtuel de secours et à remplacer la formation en personne par de la formation en ligne. Grâce à lui, malgré ces défis, l’équipe a pu gérer trois fois plus d’interactions en mars 2021 qu’en mars 2020. Lorsque la population canadienne avait le plus besoin d’aide, Jason a piloté l’action de soutien de façon à répondre aux besoins urgents.
En fin de compte, on ne peut que constater que le travail de Jason a eu un impact considérable. Depuis son lancement en 2017, le SCPS a répondu à plus de 157 000 milliers de personnes en détresse, qui ont bénéficié du soutien de notre ligne secours au moment où ils en avaient le plus besoin. Il a fait montre de grandes qualités de dirigeant lorsque la situation était plus critique que jamais.
En raison des restrictions liées à la COVID, un service funèbre et commémoratif a été célébré en petit comité le 8 juillet à Vancouver. Une campagne GoFundMe a été lancée pour venir en aide à la famille de Jason et financer les études de ses fils.
https://ca.gofundme.com/f/jason-chare-memorial-fund?utm_source=facebook&utm_medium=social&utm_campaign=p_cp%20share-sheet&fbclid=IwAR2SctG8HdONlWZMWhTMo6EAbkCxpc20hgLyaR_-rQgqIR9w2xIeK4TH1mQ

Please follow and like us: